mardi 30 juin 2009

Monoparent mental...

Je n'avais pas d'inspiration ce soir.
Bon certains se serviront de la phrase ci-dessus pour dire, tu en as déjà eu?
J'ai vu un billet ici, http://renartleveille.wordpress.com/2009/06/30/monoparentalite/#comment-13880
une représentation de la monoparentalité.

La monoparentalité commence à s'user comme terme, un peu comme le sourd, le nain et l'aveugle.

Etre parent, c'est etre parent. À la rigueur, le monoparentale, c'est l'enfant qui l'est, le parent reste parent. Et 'ils sont bien peu nombreux les enfants qui sont vraiment monoparentales, le plus souvent ils sont bi-parentales dont les parents sont d'ex-amoureux immatures qui n'arrivent pas à conclure une relation amoureuse un peu barjo pour mettre l'intéret de l'enfant en premier en ce qui concerne son besoin d'etre bien parenté.

La discorde amoureuse qui n'en fini plus ne s'appelle pas la monoparentalité, j'appelle ca de la connerie.

Heureusement le droit familial place, depuis une dizaine d'année, l'intéret de l'enfant en premier au lieu de l'intéret des parties d'un couple en conflit.

Le problème ce n'est pas la monoparentalité, un terme éculé, c'est la parentalité dont il s'agit.

3 commentaires:

Grabielle a dit…

Monoparentalité.... ou nonoparentalité...

Bon, ça m'a fait du bien (ça prend pas grand'chose des fois) ;-)

Drew a dit…

«Heureusement le droit familial place, depuis une dizaine d'année, l'intéret de l'enfant en premier au lieu de l'intéret des parties d'un couple en conflit.»


Je me permets... http://jackdrew.wordpress.com/2009/06/26/jurisprudence-de-marde/

Ça donne une belle bouette dans le genre selon moi...

un gars a dit…

@Drew...
Oui la merde c'est clair il y en a beaucoup.

Mais tu sais pour le droit familiale, la médiation est proposée automatiquement avant l'escalade adversoriale. Ce ne l'était pas avant. La médiation est offerte gratuitement jusqu'à 5 séances je crois et ils mettent l'intéret de l'enfant en premier. Ils offrent meme des ateliers pour les enfants pendant que les parents sont en médiation Il y a peine 6-7 ans Centraide se demandait si il devait subventionner des groupes de défense des droits des pères et maintenant quelques groupes recoivent 100 000$ de subventions récurrentes. Ce n'est pas rien.

Pour les litiges qui perdurent, bien sur, malgré tout, mais reste que l'évolution de la pratique du droit familial a quand meme évolué.
Les mesures en place favorisent moins qu'avant l'escalade des conflits d'anciens amoureux frustrés et tentent de leur dire que leurs conflits n'a rien a voir avoir leur role parental et qu'ils ont une responsabilité.