mardi 16 juin 2009

Chantons anglais à la Saint-Jean....

On chante bien francais le 1er juillet.
C'est quoi ce truc?
Pauvre anglais victime.
Pourtant dans la rue, meme dans un quartier francophone de Montréal ils n'ont pas de problème avec leur unilinguisme anglais.
Et là on devrait pleurer l'exclusion de l'anglais lors de la Saint-Jean?
Bien sur l'affirmation du fait francais est illégitime et le pire, ceux qui parlent francais sont d'accord et soutiennent.
Je vous laisse je vais écouter U-2 en meme temps que Dr House en version originale c'est meilleur.
Je suis triste pour ces groupes de musiciens sans malice qui voulaient l'anglais lors de la Saint-Jean, c'est fou. Pauvre eux, ils étaient tellement de bonne foi. Ils auraient pu offrir un spécial francais pour faire la scène, non? Ca ne le mérite pas? Ils sont victimes de discrimination. Les anglais ont la vie dur à Montréal, on dirait de juifs. Malheureusement les francais n'ont pas l'allure d'Allemands, au mieux un Diner Kraft pateux.

Célébrons timidement, avec culpabilité le francais le jour de la Saint-Jean, illégitime, n'est ce pas ca qui nous caractérise?

Il suffit de sortir un sous de sa poche pour voir la Reine d'Angleterre, meme pas un billet orange, ni un vert, ni un mauve, pas plus qu'un brun, un sous seulement pour que le francais soit absent.
L'économie est Anglaise et le francais n'arrive meme pas à s'inscrire sur un sous. Alors c'est tout dire.

Bonne Saint-Jean bande de cave, comme si les Irlandais étaient génés lors de leur fete nationale.
Ha, on est pas un pays, Okkkkk.

Signing in french it's stupid even in the Saint-John batiste, sing white man, yo!!

On laisse chanter francais le premier juillet pour maintenir l'illusion d'un pays bilingue, sur papier c'est beau. Les artistes sont rendues à déplorer la censure de l'anglais lors de la Saint-Jean et défendent leur présence le 1er juillet. Est ce que le bleu des Grecques se mélange au vert des Irish lors de leur fete nationale.

Qui sommes nous pour laisser tout le monde se feter en s'excusant de se feter soi-meme?

4 commentaires:

Oops, we're dead! a dit…

À partir du moment où le PQ a décidé que la St-Jean devenait la fête de la nation québécoise plutôt que du fait français en 1978, il faut accepter et encourager la présence tant de l'anglais que des peuples autochtones. Autrement, c'est dire qu'ils ne font pas partie de la nation.

Au final, ceux qui s'époumonent de la sorte devrait blâmer le gouvernement de Lévesque pour être conséquent.

un gars a dit…

Je viens de modifier mon billet pendant que tu y réagissais.
Je resterai honnete je crois en disant que l'anglais n'a rien à foutre le jour de la Saint-Jean, qu'il soit plat c'est autre chose, la culture anglophone canadienne n'est pas transcendante non plus, bien qu'elle sache mieux préserver ses intérets. Je me souviens que tu me trouvais ridicule lorsque je parlais du cinéma américain qui était juif à 97%, tu exclus Coppolla, De Niro, quelques afro-américains et le reste est juif. Les canadiens sont comme ca, ils dominent, c'est des colonisateurs, ils ont la face de la Reine sur les billets, les gens qui immigrent comprennent l'économie. Le Québec représente quoi? 33% de la population, retire les gens qui proviennent d'ailleurs et qui ne se gènent pas pour maintenir leur culture, il reste quoi? 15% de pure laine? Et il n'y a pas un sou noir parmi tant d'autre qui peut représenter ces gens? Non c'est la reine.

Je le vois Oops dans la rue, les anglais n'ont aucun problème a affirmer leur unilinguisme anglais.
Sorry I don't speak french, pas dans le secteur ouest de la ville, sur le Plateau, un quartier autrefois ouvrier francophone composé de travailleurs exploités par des entreprises anglophones. Et maintenant que le quartier est cool, c'est l'invasion encore, tu penses qu'ils se réservent? Non pas du tout, les francais passent à l'anglais sur un 10 sous. Moi en faisant la rue j'ai compris que meme en répétant en anglais, ils ne me donneraient rien sinon du mépris, c'est ce qu'ils me donnent.
C'est pas scientifique mais donne moi un MP3, je t'en fais un enregistrement avec plaisir.

Vous avez de la monnaie?
Sorry I don't speak french.
Do you have money?
No.....99.9% des fois. Donne moi 2 heures et tu verras.
Parizeau en avait parlé, il parlait d'une concentration très forte chez les anglophones et les allophones qui frisait le racisme. Il a du quitter pour ca, moi je dis que c'est vrai.
Il doit y avoir un bidule pas cher actuellement pour enregistrer, je te ferai écouter une journée de quete, tu verras bien.

Magnolia a dit…

C'est tellement facile parler contre les anglos quand t'a même pas sorti de ton p'tit Québec stérilisé francophone...

Ici à Régina, les francos se battent pour conserver leur francais. Parce que les statistique sont là: quand les deux parents sont francos, 18% de leurs enfants vont parlé francais et si les parent sont exogames, ca chute a 6%. C'est la loi de la majorité. Et c'est aussi la loi du moindre effort: c'est plate mais c'est franchement plus facile de parler anglais. Une vrai langue de paresseux. C'est même frustrant pour une amoureuse de la langue francaise comme moi de constater un si peu de vocabulaire mais que voulez vous...Y'a une expression en SK qui dit que l'anglais, ca ne s'apprends pas mais ca s'attrappe.

Deuxième constat, il ne faut pas m^ler Montréal au reste du Québec. Pas a cause de sa multiethnicité mais bien a cause du flot incroyable de touristes américains et canadiens. Et la différence entre les deux est incroyable! L'américain va te chiaulé après parce que tu ne parle pas anglais tandis qu'un canadien va te dire "I don't speak french". Quand tu commence à comprendre les anglos, tu te rends compte bien vite qu'ils préfèrent ne pas parler les quelques mots qu'ils savent parce qu'ils ne veulent pas massacrer la langue. Il y a tout un mythe derrière cette langue pour eux: celui de beauté et d'innacessibilité. Ils nous envient bien plus que tu penses.

Troisième constat, les écoles bilingues sont très nombreuses ici en Saskatchewan. Je trouve juste ca dommage que ce genre d'école n'existe pas au Québec. Je suis ici pour améliorer mon anglais.

Dernier constat, il faudra que les québécois pensent aussi que le francais, ce n'est pas une langue acquise. Il y a des endroits au Canada qui luttent de toutes leurs forces pour l'érections d'une école francaise, d'une justice en francais, de personnels soignants en françcais...Je vous dirais que ce sont les québécois désillusionnés des années 80 qui sont au Manitoba, Saskachewan et Alberta. Ils ont enfin trouvé leurs cheval de bataille.

Dans le fond, je m'en fout bien de voir un groupe anglo à la St-Jean.

un gars a dit…

Tu n'es pas sorti de ton Québec stérilisé francophone? Quel charge en début de message.
Je n'y répondrai pas elle me semble de l'ordre de l'émotion, y mettre mon rationnel ne servirait à rien mais je l'acceuille sans problème.

Il est peut etre réducteur d'associer la langue que l'on adopte à la facilité. Je crois que les langues adoptées ont une portées beaucoup plus grande que ca. Derrière il y a une culture, une histoire, et surtout le pouvoir, la richesse, le bien-etre, le controle des institutions, lieux de pouvoir. La langue ce n'est pas juste de dire oui ou yes. Si il ne s'agissait que de ca, ca serait simple et la monnaie canadienne porterait d'autres profils que celui de la Reine.

Ils ne parlent francais par respect et par sentiment d'infériorité. Celle-là elle est pas mal. Il serait plus juste de dire qu'ils ne sont pas intéressé à la culture québécoise francophone. Rien à foutre. Ils n'ont aucunement besoin du francais et n'y trouve aucun intéret. Un homme m'a dit... I don't need it at work. Ca m'a semblé clair comme réponse, je l'ai trouvé honnete, ca ne me fache pas.
Leurs racines, leur identité sont en Angleterre, en Irlande, aux États-Unis mais certainement pas au Quéec francophone.

J'ai rien contre le bilinguisme meme que le multilinguisme m'impressionne moi qui n'est pas sorti de mon Québec, je me souviens de ces gens en Europe qui parlaient 3, 4 voir meme 5 langues. Lorsqu'il te reste 5 cents noirs dans une poche, tu es moins porté à donner. Les anglais affichent leur suffisance bien confortablement, les francais peinent à s'affirmer. C'est comme ca, aussi simple que ca et les anglais n'aideront jamais les francais au mieux ils diront vous voyez comme ils sont méchants, ils refusent un groupe anglophone qui pourtant cherchait à feter la Saint-Jean.
J'ai déjà répondu à ca, ce groupe n'avait qu'à nous servir un répertoire en francais, ca aurait parfait. Moi je fais pareil, je m'affirme francais simplement, si ca dérange, ben tant pis. Je sais une chose par contre, je fais les trottoirs depuis plusieurs mois et deux anglo m'ont donné autre chose que du mépris et ca c'est bien réel et bien vrai. Moi ca me dit beaucoup.

La bataille se passe à Montréal aussi actuellement nul besoin d'aller au Manitoba pour ca, je le dis et je le répète depuis des lunes, le Plateau Mont-Royal devient unilingue anglophone, ce n'est pas rien.

Le leurre il est là, se foutre de voir un groupe anglo à la Saint-Jean n'est pas l'équivalent de voir un groupe franco à la fete Nationale, le pervers, il est justement là à faire croire que c'est l'autre qui discrimine et que soi-meme on montre ainsi pattes blanches.

Ca ressemble à ce What does the Quebec want? ou encore à ce coudon toi t'es tu menstruée?