mardi 18 mai 2010

Aspiration d'un discours....

Au Québec, porter ou pas un petit monstre est un choix qui appartient à la femme, puisque c'est elle qu'il le porte.
La logique me semble bonne, il lui suffirait de dire à ce lui, veux tu le porter-toi? Qu'il répondrait, heu, je peux pas, pas capable. Ben alors fermes ta gueule. Ok.

Ce n'est pas tellement dans les mots que les hommes ont à dire de la chose qui me turlupine un brin. C'est dans les mots que les femmes n'arrivent pas à se dire entre elles.

26 000 avortements au Québec par année, il me semble que les femmes devraient s'en parler autrement. Non pas comme une menace à leur droit mais comme un exercice de réflexion sur la pratique de la contraception contemporaine.

Je ne peux croire que cet état des choses ne se réduit qu'à une défense des droits acquis et un refus dogmatique ou politique de s'y arrêter, entre elles, bien entendu.

26 000 avortements c'est beaucoup de souffrance en un an, sans oublier les couts.

Mesdames, les propos ridicules des curés ne devraient pas justifier votre inertie en ce domaine.

Je ne mise pas sur la culpabilité, je crois que l'avortement gagnerait à être évité. En disant ça je pense à ma fille, j'aimerais bien que le discours lui permette d'éviter ça au lieu de lui mettre un discours politique après coup.

Le discours avant et non après avoir eu un aspirateur dans l'utérus.

Ça doit être possible de réduire ça à 18 000 sans compromettre le droit des femmes, non?

7 commentaires:

Un gars déçu a dit…

J'ai toujours été pour une politique de 3 strike u'r out !

Après 3 avortements en 10 ans , on t'enlève les ovaires... Si tu sais pas te protèger comme du monde, imagine comment tu va t'occuper d'un kid.

Il paraît que j'ai parfois une façon faciste de voir les choses.

Mais j'ai travailler pendant 2 ans pour un employeur que je ne nommerais pas et par JOURS ... CHAQUE JOURS !! j'avais au moins 1 ou 2 appels de filles entre 14 et 17 ans qui m'appellais pour me dire " Ehu j'voulais savoir genre, pour me faire avorter c'est tu comme la dernière fois,( W.T.F !!! )J'ai juste à présenter ma carte ? "

L'avortement n'est pas un moyen de contraception pour les petits connes qui croit le morron quand il leurs dit que

- Il ne sait pas mettre un condom.
- Il est allergique au latex.
- Il va se retirer à temps.
- Il aimes pas sa

en tk ... 3 strike , u'r out !

Michel a dit…

Je ne sais pas trop les solutions mais quand j'entends que les femmes dire que le débat est clos, je trouve qu'elles auraient avantage à ouvrir un peu histoire de voir si il n'y aurait pas des choses à améliorer.

Miss Candy a dit…

Je ne suis pas contre l'avortement. Je crois que parfois, pour des raisons de santé, entre autres, mais aussi pour des raisons circonstancielles, parfois, il n'y a pas trop de choix. Une erreur, ça arrive. Un condom qui pète aussi. Une pilule prise en retard, c'est plus que fréquent. Mais de là à défendre l'avortement envers et contre tous, peu importe comment ou pourquoi c'est fait...

Je considère l'avortement comme un privilège que nous avons, pas tout à fait un droit. Et tout un privilège, puisque le Canada est un des rares pays à ne pas mettre une limite quant à l'avancement de la grossesse. Les médecins acceptent d'avorter jusqu'à 24 semaines... Mais ça, c'est un débat en soi.

Et comme tout privilège, il faut l'utiliser avec discernement. J'ai de la difficulté à comprendre celles qui l'utilisent comme méthode de contraception. Parce que franchement, c'est pas un parcours sans douleur, tout rose et ouaté. Il y a de sérieuses séquelles psychologiques.

J'ai de la difficulté avec les pro-vies qui clament que c'est anti-démocratique de permettre l'avortement (!). J'ai aussi de la difficulté avec l'autre extrême.

Malheureusement, c'est un sujet qu'on n'aborde pas assez, qui est tabou. 26 000 avortements dans une année, c'est effectivement beaucoup de souffrance. Et j'aimerais connaître le pourcentage qui aurait pu être évité.

Michel a dit…

Rien à rajouter Miss Candy.
Je pourrais surligner 2-3 phrases mais ça ne serait que dire ce que tu as dit autrement.

Newton a dit…

Pour une fois, je suis d'accord avec toi! Réduire le nombre d'avortement par une prise de conscience, de la prévention, de l'information. Et ce, sans être moralisateur pour autant. Vivement le retour des cours d'éducation sexuelle à l'école. Ce serait déjà une bonne assise.
À ne pas oublier, car je me dois aussi de te nuancer quelquefois... sur ces 26 000 avortements, je ne crois pas que ce ne sont que des décisions de femmes, certains sont certainement des décisions de couples.

@ Un gards déçu.
Tu crois qu'après avoir engrossé trois femmes qui se sont fait avortée de ce gros nul sans capote,on devrait lui couper la graine?

@ miss candy
je n'ai rien à rajouter, tu as tout si bien résumé!!!

Michel a dit…

Newton...
Qu'il s'agisse d'une décision de couple, ça ne change rien à la donne à mon avis. Il est possible là aussi de réduire le nombre de recours à l'avortement, non?

Pour ce qui est de couper la graine, vaudrait mieux les castrer plutôt, non? Et je me doutais bien de la présence d'un fond castrateur dans ces pommes.

Newton a dit…

Non, ça n'a pas beaucoup d importance. L'important est de réduire le nombre sans pour autant enlever la liberté de choix.

Du reste, je ne faisais que réfléter les propos d'un gars déçu mais inversement. 3 strikes u'r out... wtf? c'est n'importe quoi!