vendredi 7 mai 2010

Ce qui importe...

Ce n'est pas tellement de dire ce qui est dit, puisqu'il est dit et redit.
Bien sur c'est rentable et la rentabilité importe aussi. Un ventre vide sait bien que ce n'est pas un détail.

Mais quoi choisir de dire parmi tout ce qui n'est pas dit, et pourquoi le dire?

L'inédit est un sujet fort complexe.

Et en plus, il y a ce qu'il ne faut pas dire, cela fait davantage dans la censure, ce n'est pas de l'inédit, c'est de l'interdit. Ça fait dans la déviance mais ça reste dans le même système de ce qui est dit. Au pire, on marginalise, mais pour mettre en marge, il faut être sur la feuille. Alors c'est du pareil au même.

Qu'est-ce qui devrait être dit et qui ne l'est pas encore?

J'aimerais avoir l'intelligence nécessaire pour répondre à cette question. Mais je ne sais pas.
Et au final, il reste le but, quel serait le but à dire l'inédit?

Et au final, final, l'inédit ne se dit pas , si on le dit c'est qu'il est disible, donc il n'es pas inédit.

Mon lavage est fini, je m'en vais le mettre dans la chaicheuse. @+

7 commentaires:

Un gars déçu a dit…

Encore un billet dont je ne comprends que des brides d'un grand ensemble.

Je suis définitivement le dernier à pouvoir poser ce genre de question ( dû à la qualitée douteuse de mon français écrit ), mais puisque vos billets sont en géneral très bien écrit et sans fautes apparentes, es-ce que l'erreur la sécheuse est voulu ?

Michel a dit…

Il n'y a pas grand chose à comprendre dans ce billet.
Une réflexion un peu bête et absurde.
La faute était volontaire.

Newton a dit…

Le dire pour évoquer le fond de la pensée, pour s'intérioriser, pour ne pas être en déséquilibre, pour la transparence, l'authenticité, pour échanger, pour ne pas rompre, pour être vrai, pour partager, pour colorer notre personnalité, pour la sincérité, pour être droit, pour la confiance, pour se soulager, pour philosopher.

Se taire pour ne pas dominer, ne pas faire de mal, ne pas être gratuit, pour préserver, ne pas confronter, ne pas se mettre en danger, parce que l'autre ne veut pas entendre, pour être comme les autres, pour être accepté, parce que ce n'est pas utile, parce qu'on a peur de se tromper, par ignorance, pour ne pas assumer les conséquences, pour ne pas blesser, par délicatesse, parce qu'on aime trop ou pas assez...

J'aime les contraires, parce qu'ils se ressemblent!

Je crois que souvent, ce qui devrait être dit se cache derrière ce qui l'est déjà et vice-versa. L'inédit...n'est-ce pas aussi synonyme de nouveau?

Michel a dit…

@Newton...
Effectivement ça peut l'être.

En lisant ta réponse je me suis mit à penser au non-dit et à l'inédit.

Newton a dit…

:D on va ben finir par s'entendre...

Michel a dit…

S'entendre, pas certain, mais se parler peut-être?

Newton a dit…

On verra bien... ;p