vendredi 23 octobre 2009

Si il le faut...

Bien des gens se prétendent sensible à l'anormalité ou à la déviance mais dans les faits ils ne le sont pas à moins que celle-ci soit bien formatée ou enrobé de chocolat. Dans le réel, la marginalité n'est pas conforme aux idéaux et aux bonnes manières.

Aujourd'hui un jeune homme âgé d'à peine 18 ans me réponds, va donc travailler ostie. J'ai dit merci tout en me demandant comment il peut se sentir autorisé à parler ainsi à un homme de 48 ans. C'est arrivé 3 fois aujourd'hui et ça arrive à chaque jour et à chaque fois je me tais.

Quand j'écris, je me demande comment c'est pour les putes, c'est que j'ose même pas imaginer, elles doivent en prendre plein la gueule et le mépris qu'elles subissent doit être plus heurtant qu'un pénis dans une bouche qui éjacule dans un condom pour un 20$.

Alors l'autre jour, après une ma journée de merde, je prends le temps de formuler une demande avec politesse sur mon blogue. Et la réponse que je reçois, c'est un lien. Je ne demandais pas un lien comme je ne demande pas de me faire insulter lorsque je demande de la monnaie. Et la personne, qui doit se croire bien ouverte face la marginalité n'a pas été capable d'encaisser le coup. Elle s'est senti victime et s'est désinscrit de mon blogue.

Je ne sais pas mais il est bien difficile d'avoir des marginaux bien corrects. La rue use et épuise, la pauvreté ne laisse pas de répit.

Et ce retrait d'Adulescente je le vois comme un très bon exemple de la vraie marginalisation.
C'est exactement comme cela que ça se passe, step by step.

Je ne sais pas mais un marginal agréable, je ne sais pas ou vous le trouverez, peut-être dans les spectacles bénéfices mais dans le réel, ça n'existe.

Alors je suis déçu d'une telle réaction. Le monde se dit généreux mais la plupart sont bien cheap et centré sur eux avec bien peu de capacité empathique.

3 commentaires:

Éléonore a dit…

Pourquoi tu accuses ainsi une personne qui dans les faits a cherché un lien pour toi ? tu es pas content, soit, mais dans les faits cette personne a du se dire que le lien était sans doute mieux que les explications brouillonnes ou confuses qu'elle aurait pu tu fournir. moi même fidèle lectrice de ton blog je n'avais rien a répondre simon un truc intuitif.
Come on ! son intention était bonne !

Joue la pas la victime !

Et puis la question du travail se pose en toute franchise non ? Pourquoi quelqu'un instruit et visiblement intelligent, perspicace, etc comme toi mendie ? Je ne juge pas, je pose la question. Si il y a une réponse, expliques nous !

C'est quand même toi qui ouvres la porte a ton intimité (je sais on le fait tous). Je n"ai pas lu ton blog au tout début, je ne sais pas ce qui t'a conduit ou tu es mais je sais que si j'avais une amie qui était dans une situation extrème la question du pourquoi et du comment se poserait.

un gars a dit…

L'enfer est pavé de bonnes intentions.
J'ai sur réagit c'est vrai, j'ai expliqué pourquoi. Et qu'elle quitte pour ça m'a frustré encore plus et j'ai expliqué aussi pourquoi. La personne qui joue la victime là-dedans ce n'est pas moi.

On m'a déjà demandé pour la trajectoire qui m'a mené à la rue et c'est une zone d'intimité que je ne veux pas développer ici, ni ailleurs, d'ailleurs.

J'aime me défoulé de mes journées un peu folles et pathétiques par contre.

un gars a dit…

C'est drôle Éléonore,
Tu me dis de ne pas jouer à la victime et pourtant c'est Adulescente qui a quitté mon blogue parce qu'elle s'est senti offensée par ma réaction. Je me vois davantage comme agresseur.
N'a-t-elle pas quitté parce qu'elle s'est senti victime de ma réaction inadéquate?

Sa réaction à la faute n'est-elle pas disproportionnée?

N'y a-t-il pas là une sensibilité exagéré?

Je ne parle pas vraiment d'Adulescente là mais j'aimerais avoir ton avis sur mes questions, ça m'intéresse vraiment.