jeudi 15 octobre 2009

Déclaration de guerre...

Je déclare la guerre à Renart.
Il m'insulte tout en refusant mon invitation à prendre un café avec lui car dit-il n'y a pas d'intérêt.
Il dit aussi que maintenant je ne suis qu'un amusement pour lui. Mais il va plus loin encore, il dit aussi que je m'excite comme un enfant devant un suçon pour un concept bien banal pour lui.
Renart et sa meute me disqualifie virtuellement (humainement aussi) tout en refusant la confrontation dans le réel.
Dommage qu'il refuse de s'amuser de moi, devant moi, je crois qu'il ne rigolerait pas autant.

L'invitation vaut pour Drew aussi qui se disait intéressé à venir quêter avec moi mais qui une fois invité s'est désisté, ce n'était qu'une façon perverse de tester si j'étais vraiment un quêteux.
Ben oui Drew, je suis un quêteux et non, monsieur Renart je n'ai pas de plaisir aux suçons et vos insultes je vous invite encore à venir me les dire dans le réel, venez me dire que je suis sexiste, homophobe (dedans ma face) , venez....

Vous vous cachez Monsieur derrière votre contrôle des IP et derrière votre écran et vous n'avez pas de couilles dans le réel. Venez donc me redire ce que vous avez écrit sur moi dans votre billet, on en discutera face à face, choisissez mieux vos mots par contre, c'est une suggestion. Pour mes mots, dans votre billet je les assume totalement.
Au plaisir Renart de vous entendre m'insulter en personne.

15 commentaires:

Renart L'éveillé a dit…

Je t'ai sacré une claque virtuellement pour ne pas avoir à t'en sacrer une en vrai...

Pourquoi tu ne prends pas ça comme de la gentillesse?

Éléonore a dit…

oula un renard qui se prend pour un pitt bull ?

je remonte le fil de cette histoire qui semble assez tentaculaire et je reviens.

un gars a dit…

C'est pourtant une histoire simple.
Suivre la ligne du parti.
Dans son billet, Renart citait un mec qui, dans le sien, faisait référence à son blog. Alors blessé et insulté, il cita ce mec dans son billet et toute sa meute hurlait en choeur sur le même ton.
Moi j'ai dit que le texte du mec ne contenait pas que de la merde et que le concept d'égomanie consensuelle était intéressant.

Et là, ils se sont mis à me mordre les mollets. Ils s'insurgent des insultes qui leurs sont portées et si on ne s'insurge pas avec eux, ils insultes à leur tour.. Ils ne sont pas contre les insultes finalement, ils s'en nourrissent et les distribuent à tour de bras.

Selon eux je suis nul à chier finalement.

Tu connais cette dynamique Éléonore, c'est celui de la brebis galeuse?

un gars a dit…

@Renart,
Parce que ce n'est pas de la gentillesse, c'est de la mesquinerie qui illustre tout à fait bien le concept d'une égomanie consensuelle.

un gars a dit…

Renart, Ho Renart mon ennemi si gentil, vous vous riez de moi lorsque je me perds dans les concepts et les termes savants qui prévalent dans votre meute.

Moi, je ne ris pas de vous mais je constate que vous perdez facilement pied lorsque vous quittez le registre de l'intellect pour celui de l'émotion, on dirait que vous vous retrouvez alors sur une glace noire et vous dérapez.

Et tout cela me dit qu'il y a là un être sensible et vulnérable, alors même en guerre, je ne me rirai pas de vous. À vaincre facilement, il n'y a pas de plaisir.

Renart L'éveillé a dit…

Avant de me donner des leçons, tu devrais relire ton billet où tu me fais clairement des menaces.

Éléonore,

tant qu'à faire une enquête, tu devrais en profiter pour regarder les deux côté de la médaille et relire tout ce blogue ici présent et les nombreux commentaires qu'il a laissé chez moi.

Après, on verra pour les histoires de "pitbull"...

un gars a dit…

Bien sur Renart vous n'attaquez pas, vous vous défendez.
C'est le traditionnel... c'est pas moi, c'est lui, c'est l'attaquant défensif.
On en revient aussi, au ménagement de l'égo et à votre sensibilité, et pour être de bonne foi, à mon refus de flatter dans le sens du poil, ce qui peut être rébarbatif, j'en conviens.

Mes propos menaçants ne sont qu'une évidence énoncée, devant moi, vous seriez moins incisif, c'est une évidence et si vous l'étiez tout autant, bien c'est que vous voudriez une confrontation. Il n'y a pas de menace là, il n'y a qu'un constat.

Renart L'éveillé a dit…

Quel est le titre de ce billet déjà?

Éléonore a dit…

@renart avec un t

"Éléonore,

tant qu'à faire une enquête, tu devrais en profiter pour regarder les deux côté de la médaille et relire tout ce blogue ici présent et les nombreux commentaires qu'il a laissé chez moi.

Après, on verra pour les histoires de "pitbull"...
"

qui te dis que je ne le ferai pas ? ou que je ne l'ai pas déjà fait ? Et pourquoi parler d'enquête (terme nettement policier) ? Je ne suis pas à la recherche d'un coupable (ou du moins pas d'un seul) Moi je tente simplement de m'informer pour comprendre. Et possiblement que je suis la seule à avoir lu la totalité de l'intervention de Dantec...

Pour le pit bull tu justifieras comme tu le veux, mais en féfinitive ton intervention était agressive...

Renart L'éveillé a dit…

Éléonore,

c'est difficile de dire « je ne t'aime pas pour telle et telle raison» sans avoir l'« air » un minimum agressif...

Si quelqu'un vient te faire suer dans ta maison, est-ce que tu vas lui montrer la porte en lui offrant en même temps un bouquet de fleurs?

Éléonore a dit…

@ Renart, tu n'es pas dans ta maison mais sur la place publique, un blog c'est la place publique. le perron de l'église. On écrit justement un blog pour recevoir des réactions.

Aimer ou ne pas aimer le messager ne nous décharge en rien de la tache d'écouter le message avant de juger. J'ai lu presque la totatlité des commentaires suite à ton message sur Dantec. J'ai relu pour voir ce qu'il y avait de si grave dans le commantaire d'un gars, je cherche encore. Pourtant il a reçu une pléthore d'insultes certaines n'ayant rien à voir avec son intervention présente.
C'est la même chose quand tu présentes Dantec et que a priori tu tentes de le discréditer en annoncant qu'il est pour la peine de mort.

Je ne dis pas que j'approuve Dantec, j'ai trouvé son message ronflant, mais je vais le relire simplement par défi, bien que je le trouve ronflant.

Ce que j'ai trouvé douteux, c'est l'escalade de la réaction défensive: tu m'attaques, je rétorque de mon mépris, j'arme mon ironie et je te tire... dommage...

Renart L'éveillé a dit…

Éléonore,

« tu n'es pas dans ta maison mais sur la place publique, un blog c'est la place publique. le perron de l'église. »

que lis-je!

C'est faux, puisqu'il y a à la base de la modération (que les blogueurs s'occupent ou non), ce qui ressemble à une porte. Mais je comprends aussi qu'on puisse faire un lien entre la place publique, l'agora, et la blogosphère. Mais il s'arrête au fait de la discussion.

Si tu viens écrire « va chier gros con » chez moi, je ne vais pas accepter ton premier commentaire, ma porte te restera fermée. Et, surtout, tu n'auras aucun recours pour qu'elle s'ouvre. C'est moi qui ai le gros bout du bâton.

Si à partir d'aujourd'hui toutes les fois que tu écris un billet je vais t'écrire un commentaire négatif, tu vas finir par me bannir, c'est certain. Je n'ai aucun doute là-dessus. C'est tout à fait normal.

« On écrit justement un blog pour recevoir des réactions. »

Pourtant, une maison est tout à fait bien pour recevoir des réactions!

Pour le reste, je ne suis pas le seul qui a réagi au commentaire d'Un gars. Mais pour moi, c'était la goutte qui a fait déborder le vase. Ça ne me tente plus de lire sa plume évasive et invasive chez moi. C'est simple.

« Aimer ou ne pas aimer le messager ne nous décharge en rien de la tache d'écouter le message avant de juger. »

J'ai tout à fait compris, et lui aussi, qu'est-ce que veut dire « égomanie consensuelle ». Et tu remarqueras qu'il est venu de lui-même s'exciter sur ce néologisme, dire qu'il n'y a pas de débat chez moi alors qu'il a tout faux et qu'il le sait. S'il n'est pas tout à fait stupide, ce que je ne crois pas, il devait bien se douter que je ne serais pas content de son commentaire. Je n'exagère rien, il m'a vraiment insulté. Qui d'autre que moi peut en juger?

« C'est la même chose quand tu présentes Dantec et que a priori tu tentes de le discréditer en annoncant qu'il est pour la peine de mort. »

C'est du domaine public qu'il est pour la peine de mort, je devrais me gêner? Si des gens pour la peine de mort passent par mon blogue, ils vont savoir qu'un écrivain est d'accord avec eux...

un gars a dit…

Je n'écrirai plus chez vous Renart, j'ai bien compris le message.

Mais je ne suis pas en guerre contre vous, vraiment pas. Bien sur que ce fut désagréable pour vous comme pour moi mais bon, il y a dans ma vie des choses beaucoup plus difficile et ce n'est pas pour banaliser mais bien pour mettre en perspective.

Sans rancune et je continue à vous lire.
Mais l'échange entre Éléonore et vous est intéressant quant au blog et en lien avec votre billet dont mon intervention a fait déborder votre vase.

un gars a dit…

Renart, vaut mieux avoir le petit bout du bâton en main, ça frappe plus fort que lorsqu'on a le gros bout du bâton en main.

un gars a dit…

Je suis content que la guerre soit terminée, Renart a érigé son mur sur quelques kilomètres de long. :0)