samedi 1 août 2009

Oops 1988-2009...

Oops est mort d'une mauvaise façon.
Son auteur qui avait les couilles de le faire vivre n'a pas eu celles de savoir le faire mourir dans la dignité. L'auteur est intervenu pour rassurer ses lecteurs. Pourtant l'intérêt du personnage c'est qu'il était inquiétant. Cela aurait été une belle mort. Dommage.

5 commentaires:

Oops, we're dead! a dit…

Ridicule.

un gars a dit…

Possiblement. Un ridicule comme commentaire, peut vouloir dire bien des choses, alors je ne dirai pas non. Mais votre personnage aurait pu mourir sans que l'auteur se présente pour dédramatiser. Vous auriez pu le faire en privé puisque les gens troublés vous écrivaient en privé. De toute façon Oops se foutait des gens, non?

un gars a dit…

Oops...
J'ai beaucoup aimé votre personnage comme bien d'autres d'ailleurs. J'étais un lecteur assidu.
J'ai senti l'épuisement et la difficulté à maintenir sa crédibilité. Je l'ai exprimé d'ailleurs.
Je ne vais entrer en conflit avec un auteur que j'ai aimé beaucoup. Mais votre façon de le faire mourir et de revenir sur le sujet, je n'apprécies pas, point. Mais j'ai apprécié le reste beaucoup. C'est juste une critique sur la terminaision. Cela ne devrait pas porter ombrage à votre travail magnifique.

Oops, we're dead! a dit…

Je ne comprends guère en quoi avoir l'amabilité de dire aux gens un peu naïf qui s'en font pour le suicide d'une personne quelconque qu'il ne s'agit là que d'une fiction revient à ne pas assumer le personnage. De toute façon le dernier billet était tout sauf un suicide, je le voulais comme un nouveau départ, celui du personnage vers le Mexique ou ailleurs à la recherche d'une sérénité quelconque, je l'ai probablement fait tout croche puisque bien des gens n'ont pas saisi.

Oops se foutait des gens mais moi, Hugo, je ne m'en foutais pas. Et je considérais que ce n'était que faire preuve de respect pour les gens qui ont cru bon lire la totale.

De toute manière, tu ne sembles même pas croire que je suis la personne que j'ai décrite dans ma mise au point, ce qui est sérieusement ridicule de ta part, d'ailleurs, comme si le fait d'avoir 21 ans m'empêchait d'aimer du King Crimson, du Emerson Lake and Palmer, d'aimer lire du Orwell ou du Huxley. Tu as une bien triste vision de la jeunesse si le fait d'avoir des référence culturelles moindrement élargies et jeunesse ne concorde pas pour toi. Faudrait vraiment analyser l'image que tu te fais des jeunes.

Maintenant, quant à nos visions divergentes sur la façon avec laquelle j'ai décidé de terminer, je ne crois pas que l'on puisse réussir à se rejoindre. Notre analyse de la situation est visiblement différente.

Bonne continuité.

un gars a dit…

Je m'excuse Oops, je croyais que de nouveaux messages faisaient en sorte que commentaire redevenait en bleu mais cela ne semble pas le cas.

Ben oui, nous divergeons sur la terminaison. Mais ce n'est pas grave. Oui je trouve que tu as quitté le personnage, Ponton aurait sifflé. :-)
Tu es plein de talent, ça déborde. Perso, je trouve que c'est une sensiblerie mais il n'y a pas crime en la demeure.
La divergence est possible, je crois.
Bonne continuité à toi aussi, je ne suis pas inquiet pour toi.

Pour la jeunesse, bof! je ne commente pas. Trop complexe pour moi.
Te croire ou pas cela m'importe peu je m'en fous, je ne suis pas juge, ni police.

Mais putain que tu as du talent et que j'ai eu plaisir à lire les billets de Oops.

Sur ce, au plaisir de te relire.