mercredi 19 août 2009

La belle Viet bouddhiste...

J'ai écrit à quelques reprises sur cette jolie vietnamienne qui tient un dépanneur avec son conjoint.
Je n'y avais pas été depuis 2 mois, comme elle est enceinte et que son ventre commençait déjà à paraitre, j'étais excité à l'idée de le voir gros .

J'entre, elle se lève, et en même temps que j'aperçois son ventre, mes mots sortent...
Moi - Et alors ce ventre?
Elle - Elle se mets la main sur son ventre plat en me disant...Je l'ai perdu.
Moi - Ha mon dieu! (silence) Comment vivez-vous ça?
Elle - Ça va, avec le temps.
Moi - Je suis désolé.
Elle - Merci.

4 commentaires:

So Much a dit…

Comme quoi la vie est fragile même avant d'exister..

un gars a dit…

Ben oui.
Je n'avais pas pensé à ton état en écrivant ce billet.
C'est troublant ce genre de truc.

L'intruse épicée a dit…

Et chaque fois, on a jamais rien à dire.

Leur remonter le moral ne se fait pas. Leur offrir nos sentiments non plus.

urielle a dit…

@So much:
"Comme quoi la vie est fragile même avant d'exister.."

avant d'exister ??? la vie pour être fragile DOIT exister ! malgré les fioritures pro-avortement la vie existe ou pas...
Lorsqu'un mère perd son enfant en gestation si elle est triste et vit un deuil c'est bien que l'enfant ÉTAIT là.

Pour le reste, en effet il n'y a rien a dire, la vie est ainsi faite, on peut juste ouvrir les bras pour consoler ou placer un mot ou un regard de compassion.