lundi 9 novembre 2009

Mur mur...

Deux grosses nouvelles à la télé.
On fête la destruction d'un mur tout en paniquant devant la difficulté à ériger un mur devant l'H1N1.

7 commentaires:

Éléonore a dit…

intéressant comme réflexion :)


tu sais quoi, je pense que finalement bien du monde sont heureux avec leurs petits ou grands murs.
Ouvrir leurs horizons, ouvrir des pistes de réflexion ça doit leur faire mal...

Ermite a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
un gars a dit…

Je le sais Ermite, j'ai fait une mise en garde dans mon titre de blogue à ce sujet. Assure toi de pouvoir te rendre jusqu'au bol avant de vomir.

un gars a dit…

Éléonore,
Je ne vois que des murs, mais c'est pas un reproche.
Ma déception c'est lorsque j'entends les gens décrier ceux des autres sans parler des leurs.

un gars a dit…

Cette urgence à se protéger de l'H1N1 diffère beaucoup de celle qui consistait à se protéger du communisme?
Et laquelle a fait plus de mort?

Éléonore a dit…

Tu es inspirée ! le questionnement face au communisme est excellent.
On agite un épouvantail, on fait peur, les bons docteurs forment- moderne du directeur de conscience- nous disent quoi penser et on se met en ligne comme des ovins reconnaissants.

Cette semaine, sur un forum, une femme nous "grondait" de dire que les médecins contre la vaccination sont muselés, alors qu'il y a eu des témoignages en se sens. On lui a mis cette article sous le nez:

Un médecin peut-il être contre la vaccination?

Pascale Breton
La Presse


Les médecins qui déconseillent à leurs patients de se faire vacciner pourraient se retrouver devant le Collège des médecins pour avoir contrevenu au code de déontologie.

C'est ce qu'a déclaré le ministre de la Santé, Yves Bolduc, en entrevue à La Presse. «On ne peut tolérer ça», a-t-il affirmé.

Il réagissait à l'histoire de Sophie (nom fictif), une femme enceinte de quatre mois et mère d'un enfant de 3 ans. Ne sachant si elle devait ou non se faire vacciner et faire vacciner son enfant, elle a posé la question à son pédiatre.

«Il était réticent à me répondre et j'ai finalement compris qu'il est contre. Il a dit que les effets secondaires sont risqués. Le médecin qui me suit pour ma grossesse m'a dit le contraire, je ne sais plus quoi penser», dit-elle.

Le président et directeur général du Collège des médecins, le Dr Yves Lamontagne, a rappelé que les médecins doivent respecter le code de déontologie, c'est-à-dire baser leur pratique sur la science médicale et la littérature à jour. "

La dame était bouche-bée ! Pour elle les gentils médecins ne faisaient qu'exprimer leur opinion.

D'ailleurs quelqu'un c'est déjà demandé comment tous les médecins pourrraient être à jour dans la lecture sur la vaccination ? La plupart d'entre-eux font de longues heures de bureau et/ou d'hopital, ils doivent lire les dossier des patients, etc. Beaucoup ont une spécialité, alors on me fera pas croire qu'ils lisent tout sur tout en terme de publications médicales, ils ont des journées de 24 heures eux -aussi.

Non en fait, ils sont dans la même chaine de crédulité que nous, sauf un peu en amont lol

Éléonore a dit…

Oui nous avons tous nos murs.
J'imagine que la première étape est de l'admettre et de connaitre leur teneur.

Ensuite, on peut ou non choisir de les abattres, selon sa force du moment, selon qu'on le juge nécessaire.

Lors de mes études en histoire, j'avais lu ceci: " Il n'y a pas d'objectivité il n'y a qu'une subjectivité consciente ou non "