vendredi 6 mars 2009

T'es belle...


Et le 8... la journée de la femme.
Le Québec a la femme triste, politique, vindicative, aseptisée, assexuée meme.

Je l'aimerais débordante de féminité, parfumée, florale, pétalesque meme.
Journée ou les seins ne se cacheraient pas sous des bonnets d'un pouce d'épais, ou la robe serait de mise ou la féminité s'affranchirait de sa victimisation, ou les mégères aux langues de vipères devraient taire leur mépris de la féminité débordante de leur jeune fille pour célébrer la féminité si belle de ces dernières.

Les longs cheveux, les belles épaules, les beaux dos, les beaux culs aussi seraient célébrés.

L'objet en serait un de fierté et le beau ne souffrirait pas de l'appréciation que l'on peut en faire au contraire, il serait flatteur plutot qu'exploiteur, tombant dans la victimisation.

Faut célébrer la femme quand meme, non?

5 commentaires:

urielle a dit…

Je vais être sincère le trip de "la robe serait de mise" Il m'énerve grandement.

Deux billets ou tu utilises le mot féminité, mais dis-moi donc qu'est-ce que c'est finalement la féminité ? C'est porter une robe ?

Et si moi je te disais que porter une robe sans tomber dans le discours politique féministe, masculisniste, trotkiste (lol), etc. c'est le plus grand emmerdement que je connaisse !

Pourtant j'ai jamais eu l'air d'un garçon. J'ai porté 3 enfants, j'ai eu la grossesse épanouie et heureuse, j'ai donné le sein abondemment, j'ai été maman jusqu'au bout des doigts (et le suis encore), je suis épouse, complice, coach, etc. Tout cela dans l'imperfection mais la bonne volonté, mais la robe NIET ! Refus global !

D'ailleurs une robe, finalement n'est-ce pas un belle petite idée préconcue, un préjugé que la fille en robe est plus jolie et féminine que l'autre en pantalon ?

Tu rèves d'une Lola aux seins nus dans une robe de voile à sandales lassées et talons hauts qui prendrait un drink sur une terrasse. Je rève d'une Lara Croft en bottine de marche qui escalade une corniche pour avoir le meilleur point de vue du bord de mer à Nice, d'une fille qui rampe sous les fougères pour avoir une photographie d'oiseau, qui courre avec son chien pour le plaisir de sentir le vent sur la peau et le sang qui circule.

Tu devrais essayer tout cela en robe pour voir, je suis que c'est thérapeuthique lololol

un gars a dit…

Qu'est ce que la féminité...c'est une bonne question. Je pensais justement la poser.

Pour moi la féminité n'est pas la maternité. Bien sur que l'on doit etre du genre féminin pour etre mère. Mais etre femme c'est autre chose qu'etre mère.

Pour la robe, elle existe depuis des siècles, il y a celle de la mariée, celle de bal, celle d'été, etc.

Tu réfères au coté pratique, pourtant la Laura dont tu parles, elle avait de faux seins et bien d'autres choses étaient faites pour accentuer certains traits féminins de ce personnage. Elle diffère bien peu d'une Lola meme en pantalon.

On peut s'affranchir de la robe et rester féminine bien sur. On peut réinventer le féminin comme on le fait au Québec. Moi je dis que je préfère le féminin européen et que celui d'ici (le discour dominant) est triste, politique et vindicatif.
La journée de la femme ne célèbre pas la féminité, elle revendique des droits. C'est bien j'ai rien contre mais ca reste politique.

À chacun son féminin, celui d'ici manque de raffinement, le masculin aussi d'ailleurs.

De toute facon Urielle vos oeuvres transpirent un soucis de l'esthétisme, la féminité pour moi c'est aussi un peu ca. Ce soucis du beau. Et le beau est-il revendicateur? Je crois qu'il s'affirme comme ca simplement, sereinement.

Alors je dis qu'au Québec la tendance n'est pas à l'esthétisme, elle est plus à la revendication en matière de féminin et ca, ca brime l'identité des enfants male ou femelle et j'aime pas.

urielle a dit…

Lol c’est clair Lara Croft est assez pitoune au silicone lol mais c’est une image que j’utilisais pour décrire un idéal de féminité et liberté qui s’affranchit d’un code vestimentaire ou d’un code de conduite imposé.

L’idéal féminin que tu as décrit, pour moi, sent trop les phéromones du male qui aspire au printemps. Ce n’est pas qu’il soit faux c’est qu’il n’est qu’un instantané, qu’une photo polaroid, qui déjà le lendemain dans le cours d’une vie a changé. Les seins d’une femme ne défient pas éternellement la loi de la gravité lol

Perso, je n’ai pas le goût de réduire la masculinité à un beau gosse de 25 ans, pas un poil sur la poitrine, mais la chevelure abondante, les pecs rebondis, mais le ventre plat.

Si les mecs sur le calendrier de pompiers je les trouve beau, je les trouve pas intéressants pour autant.

Oui j’aime l’esthétique, mais je la perçois aussi la beauté dans ce qui est beau autrement, même les rides d’un vieillard, ou une feuille ratatinée m’interpelle.

Par exemple, je suis aussi fière de ces deux photos, je les trouve belles, mais dans une c’est l’élégance et la ligne dans l’autre c’est l’émotion.

http://www.flickr.com/photos/7248552@N08/3332255814/in/set-72157605851438638/

http://www.flickr.com/photos/7248552@N08/2940431420/in/set-72157605851438638/


Par contre, je suis d’accord avec toi pour dire qu’on a au Québec une belle génération de femmes castrantes qui viennent pleurer sur l’incompétence des males auxquelles elles ont pas donné grand chance de prendre leur place, mais bon je connais pas assez de gens en Europe pour dire que c’est mieux… D’ailleurs dernièrement j’ai relié ce phénomène avec celui de l’intimidation dans les écoles. J’aimerai bien qu’on me dise si tout ces petits garçons victime d’intimidation, ses souffre-douleur, avaient-ils un papa bien présent dans leur vie ? Un papa qui prend sa place et donne une bonne image de sa masculinité ?

Bon je poursuis mes lectures :)

un gars a dit…

@ Urielle...
Ca sens le phéromone male aspirant au printemps, et pourquoi pas?

Pour en avoir tellement discuté sur un forum en majorité composé de femmes, l'écart d'un idéal de beauté est parfois souffrant, frustrant, révoltant.
Ben oui illusoire, stéréotypé, éphémère, superficiel, etc. Mais il est là encré dans un inconscient collectif. On peut tenté de s'en dissocier mais bon...

Tu dis ne pas vouloir réduire la masculinité, est-ce en réaction au fait que je réduise la féminité?

Bien sur une ride, une feuille interpellent, un cadavre aussi peu le faire, un enfant brulé en période de guerre aussi. L'esthétisme est partout. Et malheureusement il est aussi dans la beauté des seins, des culs et femmes en belle robe. Ce n'est pas exclusif ces trucs. J'ai travaillé 10 ans en violence des gars et souvent on me disait oui mais y a la violence des femmes aussi...Ben oui mais on peux-tu parler de celle des hommes quand meme?

Une belle génération de femmes castrantes au Québec, tu le reconnais good, le Québec se distingue à ce niveau de tout autre pays au monde, de l'univers meme.

Pour les souffres douleurs à l'école, il n'y a pas que les garcons.

Bonne lecture

urielle a dit…

"Ca sens le phéromone male aspirant au printemps, et pourquoi pas?"...

parce que c'est ton cul qui parle et non ta tête...

tu aimes toi qu'on te trouve moins masculin parce que tu as plus le ventre ferme et la tête chevelu de tes 25 ans, alors que tu était au top de ta forme physique ? Tu trouves ça vrai ?

Qu'on parle alors simplement de beauté et nom de féminité. oui, les filles de 25 ans sont plus jolies (parce que le mot beauté je le réserve à autre chose) mais non elle ne sont pas plus féminine.

De plus, tu sembles très ferme dans tes déclarations sur le québec est pire qu'ailleurs, honnêtement c'est une impression ou tu t'appuis sur quelque chose là ?