mercredi 15 avril 2009

Alain se sauve...


Mercredi....
Je vais chercher de la bouffe pour mes chats. Je passe devant le banc d'Alain, je le vois qui s'en va avec son petit baluchon, il m'a vu arriver, je ne savais pas qu'il me fuyait. Je dis Alain, il ne se retourne pas et continues son chemin. J'étais assez pres de lui pour qu'il m'entende, je refais un appel, rien. Je soupconne que je suis maintenant un de ses personnages imaginaires, je suis probablement devenu mauvais.

Ca ne me dérange pas d'etre mauvais mais je ne veux quand meme pas qu'il quitte son banc

***********

Jeudi...
Alain est sur son banc, je l'approche comme j'approcherais une oeuvre de porcelaine avec grande délicatesse. Ma posture, le ton de ma voix, les mots que je choisis de dire font en sorte qu'il délaisse ses résistances et qu'il se tasse un peu pour me faire une place le temps que je fume ma clope. Il me raconte le sens qu'à pris notre conversation dans sa tete. Il me dit bon, il me veut du bien. Il aimerait raviver la flamme en moi pour éviter que je descende en enfer, celle du mutisme que lui connait. Je le remercie de ses bonnes intentions, je le prends comme une marque d'appréciation. Il croit que c'est une femme qui saura y parvenir. Je lui dis que non, ce n'est pas le chemin que je veux emprunter. Il accepte sans trop comprendre, il se demande ce qu'il me faut alors.
Il s'excuse de s'etre sauvé hier, je lui dis qu'il n'y a pas d'offense, il dit qu'il ne le fera plus, je lui réponds qu'il peut le refaire, ca ne m'outrage pas du tout mais il tient à dire qu'il ne le refera plus. Je dis ok.
Il me présente à un de ses amis scidzo qui passait par là, c'est mon ami Michel dit-il. Son ami était à la recherche d'une clope, je lui en donne une et il quitte. Les relations entres schidzo semblent bien utilitaires et peu groundées, deux univers parallèles qui monologuent avec bien peu d'écho.

Il est drole, il ressemble beaucoup à Marty Feldman, vous connaissez? Le bossu dans Frankenstein Junior de Mel brooks (hey oui, cinéma juif américain encore). On se serre la main avant de se quitter.

2 commentaires:

Oops, we're dead! a dit…

Ça me fascine tout ça, des posts quelque part sur cette relation?

un gars a dit…

C'est une relation naissante, elle date de mardi. Une relation très fragile aussi Il n'y a pas de post précédant et peut etre qu'il n'y en aura pas un suivant.